L’hypersensibilité viscérale #1

Je vous propose une série d’articles pour mieux comprendre la douleur viscérale (ou l’hypersensibilité viscérale) associée au Syndrome de l’Intestin Irritable.

Quelques définitions :

La douleur est connue pour être un système d’alarme qui permet à notre organisme de réagir en cas de danger. La douleur est organisée et disciplinée, elle suit les règles imposées par des seuils de sensibilité. Si un stimulus dépasse ce seuil alors de la douleur sera ressentie, c’est un comportement classique: notre alarme biologique.

En revanche, ces seuils peuvent se rebeller. S’ils diminuent leur niveau limite alors un stimulus normalement neutre deviendra nociceptif (douloureux) car le seuil de sensibilité, plus bas, sera plus facile à atteindre, on parle d’allodynie.

(La douleur peut aussi devenir disproportionnée en réponse à un stimulus douloureux. Dans ce cas, on parle d’hyperalgésie.)

La preuve de l’hypersensibilité viscérale :

En cas de colopathie, la douleur est loin d’être imaginaire et les scientifiques ont pu le démontrer : le seuil de sensibilité à la douleur viscérale est diminué chez la majorité des patients. Ils ressentent une douleur en réponse à une stimulation par distension colorectale que des personnes non atteintes ne perçoivent pas. La colopathie rime donc avec allodynie.

Distension colorectale, c’est quoi cette chose ? C’est un protocole scientifique qui permet de mesurer la douleur viscérale, plus précisément au niveau du colon et du rectum. Imaginez un endoscope capable de gonfler, un tout petit peu, comme un ballon de baudruche. Cet endoscope spécial est introduit dans les fesses (oui le sujet est glamour, je ne vous avez pas prévenu ? 😉 ), il gonfle petit à petit et exerce ainsi une pression à l’intérieur du colon. Cette méthode (jusqu’à une certaine limite) n’est pas douloureuse pour une personne non atteinte de colopathie. En revanche, aux mêmes tailles de ballons et donc aux mêmes pressions dans le colon, c’est douloureux en cas de diminution des seuils de sensibilités à la douleur (allodynie).

Votre cousine, votre meilleur ami ou votre belle mère ne croient pas en votre hypersensibilité viscérale ? Tentez la distension avec eux : JE PLAISANTE EVIDEMMENT ! N’allez pas reproduire cette expérience chez vous ! S’ils ne comprennent pas votre douleur, vous pouvez leur expliquer en la comparant à une autre douleur. Beaucoup de gens ont eu au moins une fois dans leur vie : une vraie vilaine migraine, pourquoi pas leur dire quelque chose comme : « Imagine, l’intensité d’une vraie forte migraine mais au niveau du ventre… Là aussi t’en auras la nausée ».

Un prochain article arrive bientôt sur cette thématique. Il traitera des différentes hypothèses scientifiques liées à la douleur viscérale associée au Syndrome de l’Intestin Irritable.

Belle journée !

Vous aimerez aussi....

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *