Neurones sensitifs & neurones entériques :

Imaginez qu’un neurone soit un petit poulpe avec des tentacules (les projections neuronales) et une tête (le noyau du neurone). Chaque neurone du corps humain fait partie d’une team bien spécifique ! Il y a entre autres la team neurones sensitifs (en bleu sur le dessin plus bas) et la team neurones entériques (en orange sur le dessin plus bas). C’est un peu comme dans les confréries des universités américaines !

Team des sensitifs :

Missions de la confrérie : Les neurones sensitifs perçoivent des stimuli (chaleur, douleur, pression…) et transmettent ces informations au cerveau.

Lieu de la confrérie : une zone secrète située à côté de la moelle épinière, tout le long de la colonne vertébrale. C’est là que se trouvent les têtes (les noyaux) des neurones sensitifs.

La team des sensitifs a pour mot d’ordre : l’aventure! Ils ne se contentent pas de la moelle épinière, ils utilisent leurs tentacules (projections neuronales) pour explorer l’ensemble du corps humain. Aventuriers mais très organisés. Ils forment des sous-équipes à chaque niveau de la colonne vertébrale pour innerver en permanence une région du corps. Une sous-équipe s’occupe de l’intestin et de la vessie, une autre du cœur, une autre de l’estomac et de la rate, etc…

Team des entériques :

Missions de la confrérie : Les neurones entériques participent la digestion et régulent transit intestinal.

Lieu de la confrérie : la paroi du tube digestif. Casaniers, les têtes (noyaux) et les tentacules (projections) des neurones entériques restent au niveau de cette paroi. Ils sont organisés en 2 plexus principaux de Meissner et d’Auerbach, c’est l’innervation intrinsèque.

poulpe bleu neurone sensitif et poulpe orange neurone entérique avec connexion entre les deux.

Jardin partagé ou innervation extrinsèque :

La team des entériques bien que casanière n’en est pas moins sociable puisqu’elle côtoie H24 la team des sensitifs. Eh oui, les tentacules (projections) des neurones sensitifs sont en permanence au contact des neurones entériques nichés dans la paroi intestinale. Imaginez que cette paroi soit un peu comme un jardin partagé toujours communicant entre un propriétaire (les neurones entériques) et un locataire (les neurones sensitifs). C’est l’innervation extrinsèque : des fibres nerveuses (tentacules ou projections) extérieures au système nerveux entériques projettent en permanence vers lui.

Le rôle de ce jardin est de réguler le système nerveux entérique via des informations arrivant du cerveau mais aussi de transmettre des informations au cerveau de la part du système nerveux entérique. Le fameux axe Intestin-Cerveau.

J’ai choisi d’imager ces explications car c’est un sujet assez complexe dans lequel on peut vite se perdre. Eh oui, les neurones sont partout et sont très longs ! En vrai, je trouve d’ailleurs qu’ils ressemblent vraiment à des poulpes! Vous aimeriez voir?

A bientôt !

Vous aimerez aussi....

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *